fbpx

Tout est chimique #2: Le synthétique, un choix éco-responsable

Share on facebook
Share on pinterest
Share on email

Lorsque l’on magasine pour un nouveau cosmétique, on essaie de prioriser celui qui détient le plus d’ingrédients d’origine naturelle. La plupart des gens restent même indignés lorsqu’ils apprennent qu’un ingrédient qui devrait être naturel, est finalement synthétique!

Pour faire suite à l’article #1 de la série tout est chimique, je remet en question ce que nous sommes habitués de lire sur le web: Je vous démontre l’autre côté de la médaille des produits synthétiques. 

À première vue, les produits naturels semblent logiquement le meilleur choix! Cependant, lorsque l’on s’y attarde, les dérivés synthétiques ne sont pas si mauvais. Comprenez moi bien, je n’essaie pas de vous convaincre que les ingrédients naturels sont à éviter, mais je veux vous faire comprendre qu’il ne faut pas mépriser le synthétique! 

Avoir un jardin dans sa cours changerait tout

Dans un monde idéal, chacun aurait un jardin où faire pousser ses plantes, une fois cueillies, vous pourrez en faire des extractions. La vérité est que beaucoup d’entre nous n’ont soit ni le temps, ni l’énergie ou ni le talent (comme moi) pour tout le procédé. Si oui alors parfait, pour les autres, continuez à lire! 

Alternative synthétique pour sauver la faune et la flore

Dans le cas où on ne fait pas ses propres extractions, on remet aux connaisseurs le soin de faire les extractions ainsi que les cosmétiques! Ces personnes ont développé des expertises avec la modernisation, ou encore avec l’augmentation de la demande. Ils ont trouvé des procédés plus efficaces. Pour ce faire, certains se tourneront vers les produits synthétiques pour des raisons comme les suivantes: 

1. La quantité de première matière est trop importante par rapport à la quantité de produit fini 
2. La source est en petite quantité, ou menacée
3. La demande de l’extrait est tellement grande, que la source pourrait devenir en danger
4. Éviter de prendre des sources animales


1. La quantité de première matière est trop importante par rapport à la quantité de produit fini 

Je vous ai parlé de la vitamine C dans l’article sur le collagène et de ses pouvoirs infinis (ou presque)!  Que ce soit dans notre pharmacie ou dans notre frigo, on retrouve cette vitamine un peu partout.

« La vitamine C en supplément est un dérivé du D-glucose »

Elle est naturellement retrouvée dans les agrumes, cependant, le nombre d’orange nécessaire est beaucoup trop important pour la faible quantité de vitamine C que l’on peut extraire. C’est pourquoi l’acide ascorbique (vit. C) est un dérivé synthétiquedu D-glucose, aka un sucre. 

2. La source est en petite quantité, ou menacée

Bien que la plante fournit un extrait anti-âge, anti-rides, anti-vieillesse, pas de niaisage avec les espèces menacées, il vaut mieux se tourner vers les analogues synthétiques

3. La demande de l’extrait est tellement grande, que la source pourrait devenir en danger

L’acide salicylique est une substance utilisée à travers le globe, on le retrouve principalement dans les aspirines, mais aussi dans les cosmétiques pour l’acné.
Les saules contiennent jusqu’à 3 mg d’acide salicylique par gramme d’écorce [1]. Ce composé était auparavant extrait de ces arbres, mais pour satisfaire les besoins en aspirine de la planète, il faudrait détruire des centaines de millions d’arbres.

Pour vous donnez un aperçu, on estime que chaque seconde 2540 comprimés [2] sont consommés dans le monde. Ce qui équivaut à recueillir 275 tonnes d’écorce chaque seconde!

« Dans les aspirines, on retrouve la forme
acétylsalicylique, qui permet d’être mieux absorbée par le corps »

On réalise rapidement que prendre l’acide salicylique de l’écorce des saules réduirait à néant ces arbres, d’où l’intérêt des produits synthétiques


4. Éviter de prendre des sources animales

Je ne sais pas pour vous, mais des extraits de graisse/peau/organe d’animal dans mes cosmétiques, je n’en veux pas. Si on peut en obtenir des versions végétales, c’est mieux, mais sinon, mieux vaut opter pour le synthétique

BREF: 
– Les produits naturels sont à prioriser dans les cosmétiques, cela dit, il ne faut pas juger les produits synthétiques avant de les connaître.
– Les extraits d’origine naturelle peuvent être remplacés par des extraits synthétiques afin de préserver la faune et la flore! 


Bibliographie 
[1] Petrek, J. Havel, L. Petrlova, J. Adam, V. Potesil, D. Babula, P. Kizek R. (2007) Analysis of Salicylic Acid in Willow Barcks and Branches by an Electrochemical Method. Russian Journal of Plant Physiology. 54:4. 553-558
[2] https://www.planetoscope.com/Maladie/482-consommation-mondiale-d-aspirine.html
[3] https://www.uniprix.com/fr/lexique-medicaments/1325/aspirin

Suivez-nous

Instagram

DÉCOUVRIR PLUS D'ARTICLES

Translate »
Logo Anthologie

Ce site utilise des témoins, aussi appelé Cookies, afin de personnaliser votre expérience. En cliquant sur « j’accepte », vous consentez à tous les témoins. Lire les termes d’usage et politique de confidentialité